Fade to Black (intro) – Metallica

Pour m’excuser de vous avoir fait attendre voici une petite vidéo où je m’évertue tant bien que mal à imiter le grand Kirk Hammet (guitariste solo de Metallica)

Cette vidéo, en dehors d’être un petit “bonus” a surtout pour vocation de tester un nouveau matériel pour faire mes vidéos, j’aimerais sincèrement que vous me disiez ce que vous en pensez.

J’ai fait l’acquisition d’une caméra, certes ce n’est pas de la HD mais on constate quand même une nette amélioration dans la qualité vidéo et j’en suis très content, pour le son j’ai enregistré la guitare directement sur l’ordinateur avec un JamVox et je l’ai ensuite “greffé” aux vidéos, ce qui explique pourquoi il n’y a aucun bruits parasites et que la guitare s’entend plutôt bien.

Je serais tenté de continuer sur cette lancée pour les vidéos de ce genre mais celles où j’ai besoin de parler (comme les MasterClass) n’auront pas une aussi bonne qualité sonore car je ne pourrais pas prendre quele son de la guitare, j’utiliserais donc le micro integré à la caméra (en espérant qu’il soit meilleur que celui de mon ordi, ce qui ne devrait pas être trop dur).

En attendant d’avoir mieux (mais je trouve que c’est déjà pas trop mal) voici ce que je peux vous proposer actuellement, qu’en pensez vous ?
Si vous avez des remarques et/ou conseils n’hésitez surtout pas !

Sur ce je vous laisse avec cette petite mélodie que j’ai partiellement foiré (je n’ai appris la chanson qu’hier désolé ^^), bonne journée/soirée à vous !

Boom, Like That – Mark Knopfler

Oh le retour inespéré !
Pour la petite histoire, oui je sais j’ai été assez absent ces derniers temps avec noel/vacances/partiels mais voilà la machine est relancée, espérons qu’elle vous plaira !

Sans tergiverser d’avantage je vous propose aujourd’hui un morceau trop méconnu du grand Mark Knopfler (le retotur du nom qu’il faut prononcer comme si on étouffait).
Pour ceux qui ne le savent pas (honte à eux !), Mark est le chanteur/guitariste du célèbre groupe Dire Straits dont j’ai déjà fait les éloges dans cet article

Cette chanson intitulé “vousn’avezqu’àregarderletitrebandedefaignéants” parle de… La fin dans le monde ? L’esclavage ? Les bombes ? Non non mon bon seigneur, Knopfler tient à se démarquer et écrit donc une chanson sur les fast-food !

Oui oui, les fast-food, plus particulièrement la célèbre chaine de restauration rapide que je ne dirais pas parce qu’on ne cite pas de marque ici !
(Il parle de Mac Donald’s, je l’ai pas dit, je l’ai écrit)

Il est question plus précisément de la création de cette chaine de restauration qui est désormais mondialement connue, à travers ses paroles, Mark nous raconte les péripéties du fondateur Ray Kroc.

My name is not croc, that’s Kroc with a K
Mon nom n’est pas “croc”, c’est “Kroc”, avec un “K”

Il est question pour Knopfler de dénoncer le caractère arriviste du personnage connu pour être sans gêne comme il est coutume de l’être dans le monde des affaires, cet hurluberlu a trouvé l’idée de restauration rapide novatrice et pratique et a décidé d’en créer une chaine pour faire concurrence à tous les restaurants où on doit faire la queue et payer cher pour manger.

These boys have got the touch
It’s clean as a whistle And it don’t cost much

Ces gars ont touché juste
C’est nickel et ça ne coute pas cher

They open up a new place flippin meat
So I do too, right across the street

Ils ouvrent un nouvel endroit de restauration rapide
J’en fais de même, exactement en face dans la rue

I got the name, I need the town,
They sell up in the end and it all shuts down
Sometimes you gotta be an S.O.B
You wanna make a dream reality

J’ai pris le nom, je veux la ville
Ils ont fini par vendre et par tout arrêter
Parfois tu dois être un fils de pute (S.O.B = Son Of Bitch)
Si tu veux que ton rêve se réalise

Ces quelques belles paroles nous définissent assez bien le caractère du personnage, mais au delà des mots la musique est simplement magnifique, un rythme entrainant, des solos ingénieux tout à fait en accord avec la structure de son morceau et le petit riff à chaque fin de phrase qui nous reste dans la tête prouvent que Knopfler n’est pas là pour déconner.

Mark Knopfler nous expose encore une fois son talent de compositeur en créant cette musique atypique qu’on adore écouter encore et encore (je l’écoute en ce moment même tiens), une petite merveille tiré de l’album solo “Shangri-La” que je vous conseille fortement.

Je vous laisse donc découvrir ce morceau détonnant et je vous garanti que vos oreilles feront boom ! (like that)

Petit sondage pour la prochaine masterclass

Bonjour ou bonsoir, cet article est provisoire mais néanmoins très utile car je vais vous demander tout simplement quelle musiques aimeriez vous apprendre ?

Je vais vous proposer 4 chansons et ensuite à vous de me dire dans les commentaires ou sur la page facebook (je publierais un sondage aussi dessus) laquelle vous préfèreriez décortiquer dans la prochaine vidéo.

Je vous donne le choix entre :

– “Snow” du groupe Red Hot Chili Peppers (bon niveau)

– “Kashmir” du groupe Led Zeppelin (bon niveau)

– “Encore un matin” de Jean-Jacques Goldman (niveau moyen)

– “Dust in The Wind” du groupe Kansas (bon niveau en arpèges)

Choisissez donc et le morceau qui aura le plus de “vote” sera traité dans la prochaine vidéo de Masterclas.
Le but étant de vous faire participer aussi un peu à la “vie” du blog, j’espère que vous prendrez 3 ou 4 sec pour dire quel morceau vous voudriez apprendre ou même juste entendre ^^

Merci et à la prochaine ! 🙂

Leçon technique n°2

Voilà le deuxième opus de ses petits “cours”, j’ai profité de l’incident de la dernière fois pour vous offrir un tutoriel sur une pratique aussi inattendue qu’indispensable !
Enjoy 🙂

Back In Black – AC/DC

Et nous y voilà !
Les seuls, les vrais, les vilains garçons qui sont responsables de la dépravation de vos enfants, qui ont plus que largement contribué à la création du Hard Rock, les précurseurs du genre, je parle bien sûr du groupe AC/DC !

Déjà le nom du groupe tend à dire qu’on est pas là pour se faire chier, AC/DC étant ce qui est marqué sur les adaptateurs signifiant “courant alternatif” et “courant dérivé”.
Alors oui en soi le nom paraît pour le moins étrange, mais à la base de groupe voulait s’appeler CCCC mais bon, ils en avaient assez des C (AC/DC… Joke… okay..).

Trêve de plaisanteries, ce qui caractérise le groupe et leurs chansons en quelques mots c’est une rythmique simple, des riffs puissants, des solos hallucinants (merci Angus) et tout simplement la création d’une ambiance particulière sur laquelle on ne peut s’empêcher de gueuler comme Bon Scott après 3 bouteilles de Jack Daniel’s.

Le groupe né en Australie a été formé par les frères Young (Angus & Malcolm), s’y sont rattachés ensuite des batteurs et bassistes multiples (ils ne sont pas restés assez longtemps pour qu’il soit utile de les mentionner), puis le premier chanteur qui est bien sûr…… Dave Evans.

Qui est Dave Evans ? On est en droit de se poser la question car même si il est le tout premier chanteur du groupe, sa réputation a vite été écrasée par la renommée de Bon Scott jusqu’à devenir inexistante.
Pour vous situer le mec, Bon Scott à une statue qui lui est dédié le représentant sur un ampli en Australie, c’est la classe.

En seulement 6ans dans le groupe (1974-1980) il a élevé AC/DC au rang mondial avec la vente de l’album “Highway To Hell”, celui qui contient la chanson que tout le monde connait et qui porte le même nom.
Sa mort tragique mais majestueuse (étouffé par son propre vomi dans un taxi qui le ramenait chez lui après une cuite monstrueuse) semble indiquer la fin du groupe en 1980.

Mais les frères Young avec Cliff Williams (arrivé dans l’époque Scott et demeurant encore aujourd’hui le bassiste) ainsi que leur batteur (qui ne restera pas) trouvent par miracle un homme nommé Brian Johnson qui dispose d’une voix leur rappelant celle de leur collègue et ami perdu.

Et on remet le couvert ! S’en suit donc l’album Back In Black qui est un hommage dédié à Bon Scott et qui s’est tout de même hissé au rang de deuxième album le plus vendu au monde toutes catégories de musique confondues !

Le jeu de scène du petit Angus en tenue d’écolier maltraitant sa guitare sur des solos impossibles allié au peps de Johnson remettent le groupe sur les rails pour en faire ce qu’il est devenu aujourd’hui.

C’est donc le morceau Back In Black (tiré de l’album du même nom) que je souhaite évoquer ici en vous rappelant tout de même que de nombreux morceaux du groupe valent le détour, comme “Thunderstruck”, “Highway To Hell”, “TNT” ou “Hells Bells” pour n’en citer que quelques uns.

La chanson donc est un hommage direct à Bon Scott, les paroles sont écrites de sorte à ce qu’on puisse penser que c’est lui qui parle à travers Brian Johnson (merci la drogue)

Forget the hearse ’cause I never die
I got nine lives,
Cat’s eyes,
Abusin’ every one of them and running wild

Oubliez le corbillard car je ne mourrais jamais
J’ai neuf vies,
Des yeux de chat,
Je vais m’occuper de chacune d’elles et me déchaîner !

‘Cause I’m back
Yes I’m back in black

Car je suis de retour
Oui je suis de retour en noir

S’en suit à cela le solo frénétique d’Angus qui est un exemple pour tous les guitaristes et qui laisse, au fur et à mesure que le groupe avance, son frère dans l’ombre.
(Malcolm s’occupe de la rythmique. Sérieusement, qu’est ce que tu veux faire d’autre à part écouter et dire “well done bro” ?)

Même si aujourd’hui les fans pleurent toujours Bon Scott (ça fait 32ans qu’il bouffe les pissenlits par la racine quand même), Angus est idolâtré, si bien que lorsqu’on parle d’AC/DC, la première vision qui nous vient à l’esprit c’est Angus, dans son uniforme d’écolier en short intemporel, ou affublé de ses fameuses cornes de diable.

Toujours est-il que ce groupe a taillé sa renommée au fil des années grâce à des morceaux accrocheurs, un plan de rythmique certes répétitif à certains moments, mais toujours aussi efficace, et le talent de mister Young.

Pour en revenir au morceau, il a été pris, repris, utilisé comme jamais tant il est imposant dans l’histoire du rock.
Mais je vous laisse dès a présent le réécouter ou le découvrir et si vous ne l’aimez pas, et bien ça veut dire que l’enfer est un peu trop chaud pour vous et je vous conseille dans ce cas d’aller au paradis jouer au scrabble biblique avec Jésus, les mormons et les témoins de jéhovah.

Ps : Le morceau est tellement connu et apprécié que même des artistes auxquels on ne s’attendait pas du tout (moi le premier) l’ont reprise, je vous laisse découvrir la version plutôt… particulière de Shakira (oui oui, Shakira en effet).

Cette reprise, en plus de dégrader un peu Brian Johnson lui permet au moins de se déchainer un peu et de jouer la rock star.
Personnellement je trouve pas ça terrible et le guitariste qui se prend pour Angus a une tête d’abruti mais je vous laisse vous faire votre opinion.

(Je vous conseille de commencer la vidéo à 1min 50 sauf si vous voulez vous taper l’intro particulière)

Voici donc cette version ou elle n’a absolument fait aucune modification musicale (tant mieux) ormis chanter à la place de Johnson (tant pis).
-> Enjoy !

Sweet Home Alabama

Et bien finalement en changeant de logiciel de montage la vidéo n’est plus décalée ! Donc je suis en mesure de vous offrir cette vidéo explicative d’un morceau plus qu’emblématique du rock’n’roll !
Enjoy, share and comment if you want yeah baby !!

Leçon Technique n° 1

Bonjour bonsoir oyé oyé bonnes gens !
Suite a un retour de certains d’entre vous j’ai décidé de créer en plus de toutes les belles choses que je vous propose quelques vidéos spécial “leçons”.

Pour cette première vidéo on va commencer par le commencement à savoir : comment accorder une guitare ?
Cela peut paraître anodin mais quand la guitare n’est pas accordée on peut jouer de jolies choses et avoir un son complétement dégueulasse !

Voici donc pour vous cette première ébauche de laquelle suivra des pratiques diverses bien plus intéressantes 🙂

PS : Oui je sais, la guitare est du mauvais côté, l’ordi le filme comme ça et d’habitude j’appose dessus un effet “miroir” pour que le tout redevienne normal, mais dans cette vidéo, en plus d’avoir complétement oublié au montage, j’estime que ce n’est pas bien important puisqu’il n’y a pas de façon de faire pour gauchers/droitiers et que je cite chaque corde que je “joue”, j’espère que ce léger incident ne vous contrariera pas trop, dans tous les cas bon visionnage et bonne journée ! 🙂

Angie – The Rolling Stones

Alors attention, là on commence à taper dans du lourd.
J’ose espérer que tout le monde connait ce groupe au moins de nom parce que bon, ça fait quand même 50ans qu’ils tournent (ou roulent pour les petits malins) et ils sont tellement connus que le magasine de rock incontournable toutes époques confondues à carrément pris leur nom ! (ou bien peut être est-ce le groupe qui a repris le nom du magasine, j’avoue ne pas vraiment savoir).

Donc vous vous demandez tous pourquoi je ne parle pas de la musique “Satisfaction”, soyons sérieux, TOUT LE MONDE connait cette musique, qu’aurais-je à vous apprendre de plus ?
Ah si, petite anecdote : Jagger à écrit les paroles de cette musique quand il était dans une chambre d’hôtel qui visiblement ne lui convenait pas, et c’est du rapport que le chanteur à eu avec la prestation de cet hôtel qu’est né le célèbre refrain “I can’t get no satisfaction” (avouez, vous l’avez chanté en le lisant).

Mais ce serait trop facile de parler de ce morceau et de ses déclinaisons ou adaptations innombrables.
Non non non ma bonne dame, aujourd’hui je me concentre sur un autre morceau crée par les pierres qui roulent. (Ah oui, en français ça fait tâche quand même non ?)

Angie est donc un morceau créé par les Stones en 73 et qui reste aujourd’hui encore l’une des ballades les plus connues du groupe (comme quoi je vous parle pas non plus de morceaux tout droit sortis des ténèbres qui ne disent rien à personne).

Le prénom cité en boucle (mais VRAIMENT en boucle) dans le morceau fait en effet référence à une fille, mais laquelle ?
Certains ont cru que cette mélodie était dédiée à Angela Bowie (la femme de David) avec qui Mick Jagger avait vécu une passion sulfureuse, mais en fait pas du tout !
La chanson, composée par Keith Rochards et non par Jagger est tout simplement dédiée à Angela Richards, fille de Keith, née en 1972 (si c’est pas mignon !)

Si l’on oublie le fait que les narines de papa étaient aussi blanches que le sommet du Kilimandjaro et le vomi sur sa guitare aussi abondant que les courants des chutes du Niagara au moment où il a composé cette chanson, cela reste une très belle attention et, avouons le, une très belle musique également.

“Angie” est LA musique emblématique sur laquelle nos parents se sont léchés la pomme durant les chaudes nuit de “boum” dans les années 70-80 (ça et “Still loving you” du groupe Scorpions), n’essayez pas d’imaginer la scène non plus ce n’est pas nécessaire.
Tout cela pour dire que le ton est très doux, mélodieux et calme de bout en bout. Les arpèges délicates transportent les auditeurs vers un monde où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté…

Cela étant ça m’amuse de penser que des gens ont pensé très fort à une fille en illustrant cette musique comme une déclaration d’amour… qui était faite pour une petite d’à peine 1an à l’époque (tas de malades !)

Que nous racontent les paroles ?

“Oh, Angie, oh, Angie, when will those dark clouds disappear”
“Oh, Angie, oh, Angie, quand-est-ce que ces nuages sombres disparaîtront”

But Angie, Angie, ain’t it good to be alive”
Angie, Angie, they can’t say we never tried

“Mais Angie, Angie, n’est-ce pas merveilleux de vivre
Angie, Angie, ils ne peuvent pas dire que nous n’avons pas essayé”

Les paroles ne sont pas très expressives, ce qui autorise en effet diverses interprétations, mais nous sommes néanmoins tous d’accord pour dire que cette musique parle d’amour et qu’elle n’est donc pas dédiée à la contrôleuse fiscale de Mick Jagger. (Bien que cette dernière pourrait représenter les fameux “nuages sombres”, au moins en partie).

Cette musique est à entendre au moins une fois dans sa vie, c’est réellement une petite merveille qui glisse dans notre oreille et ne ressort pas par l’autre (contrairement aux cours d’histoire de 5ème)
Je vous invite donc cordialement à écouter cette petite bÔtée, vous ne le regretterez pas ! Cette musique est une petite friandise pouvant servir également de berceuse pour s’endormir tant sa mélodie constante nous borde des douces arpèges de Richards et de la voix langoureuse de Mick.

Un classique du groupe à écouter autant de fois qu’il prononce le prénom “Angie” dedans pour pouvoir s’en imprégner complètement !

Ps :
En parlant du groupe, vous n’êtes probablement pas sans savoir qu’ils ont (encore) fait un grand retour ! 50 ans après toujours en composition.
Qu’en pensez-vous ? êtes vous heureux ou trouvez-vous cela un peu trop “abusé” ?

Personnellement, je suis plutôt content de voir les Stones remonter sur scène, ça force le respect et ça fait plaisir d’avoir un peu de bonne musique old school parmi toutes les merdes que nous avons. Cela étant, même si le morceau “Doom and gloom” premier single ressorti des Stones (visible sur youtube) remonte un peu la barre musicale actuelle, il reste à mon sens bien loin derrière ses prédécesseurs qui ont fait les beaux jours du groupe.
Des morceaux comme “Gimme Shelter”, “Satisfaction”, “Sympathy for the devil” ou encore “Miss you” que je vous conseille fortement d’écouter si jamais vous ne connaissiez pas.

Simple Man – Lynyrd Skynyrd

Alors, deux questions se posent tout de suite à la lecture du titre.
Pour ceux qui connaissent le groupe : “ouais pourquoi tu nous parle pas de “Sweet Home Alabama” ou de “Free Bird” ?
Pour ceux qui ne connaissent pas : “Mais putain c’est quoi ce nom de merde impossible à prononcer avec 4 “y” ?

Si j’ai choisi de faire découvrir la troisième chanson la plus connue de ce groupe (“Sweet Home Alabama” étant la première et “Free Bird” la deuxième) c’est tout simplement car c’est celle qui me “parle” le plus et qui est, à mon sens, trop délaissée derrière ses consœurs qui sont bien entendu des diamants, de technique pour l’une et de rythmique pour l’autre.

Rapide information sur le nom du groupe, il est basé sur un nom et un prénom particulier, celui de “Léonard Skinner” (oui, comme le directeur de l’école dans les simpsons), qui est cet homme ?
Tout simplement le professeur de gymnastique des membres du groupe qui était connu pour être particulièrement sévère avec les gamins aux cheveux longs.
Pour faire leur groupe sans être grillés dès la première annonce de leur appellation, ils ont choisis de remplacer les voyelles par des « Y ».
Le nom même du groupe est donc un gros doigt tendu à leur prof tout en restant un minimum dans l’anonymat.

Il est évident que si vous vous intéressez à ce groupe, vous devez connaitre “Sweet Home Alabama”, cette chanson à été la plus populaire. Reprise par les Guns’n’Roses, jouée dans la BO de plusieurs films et plus récemment samplée pour la chanson du groupe “Kid Rock” dans sa chanson “All summer long”.
Ce morceau est surtout connu pour avoir fait polémique car il est question d’un état (oui, c’est l’Alabama, bien joué…) que les membres du groupe considèrent comme chez eux, ou il fait bon vivre et ce, alors qu’aucun des membres ne vient de là-bas (le groupe est formé à Jacksonville, en Floride).

La polémique tournant autour de ce morceau est que l’Alabama a été le dernier état à stopper la ségrégation raciale, pendant longtemps en Alabama on dénigrait les personnes de couleurs dans les lieux publics, même après que tous les autres états aient compris qu’on est tous pareils qu’on soit blanc ou noir (ils sont longs à la détente).

Même si les membres du groupe nient cette idée, la chanson a longtemps été considérée comme une chanson à caractère raciste. Cela leur à fait une mauvaise pub, certes, mais une pub quand même.

Pour ce qui est de Free Bird, c’est une chanson incontournable dans le rock et le rock sudiste (style de musique joué par ce groupe), surtout pour un guitariste.
Toutefois je ne vais pas en parler car je pense que 3min de chanson pour 6-7min de solos c’est sympa mais beaucoup de gens décrochent avant la fin.
Si vous vous y intéressez quand même, vous pouvez la chercher sur youtube, l’écouter, baver et vous demander comment fait Allen Collins (guitariste principal) pour que ses doigts ne fondent pas.

Bref, ici il est question du morceau “Simple Man“.
Cette chanson, je la trouve magnifique musicalement bien sûr, mais aussi pour ce qu’elle raconte.

Dans les paroles, il est question d’une mère qui parle à son fils (le chanteur visiblement) en lui expliquant qu’il faut impérativement qu’il devienne quelqu’un de bien (a Simple Man).

Mais là ou c’est assez touchant, c’est que dans ce texte, il est question de ne pas prêter attention aux désirs futiles et matériels, ce qu’il y a de vrai c’est ce qu’il y a en nous.

Paroles :
Forget your lust for the rich man’s gold. All that you need is in your soul
“Renonce au désir de l’or de l’homme riche. Tout ce dont tu as besoin est dans ton âme”

Le refrain, répété plusieurs fois (oui je sais, c’est le principe du refrain, merci) nous donne :
And be a simple kind of man.
Be something you love and understand.
Be a simple kind of man.
Won’t you do this for me son,
If you can ?

” Et soit un homme bien.
Retrouve toi dans quelque chose que tu aimes et que tu comprends.
Soit un homme bien.
Feras-tu cela pour moi, fils,
Si tu le peux ?”

En clair le chanteur nous dit que les putes et les crêpes au nutella c’est bien gentil mais les vrais plaisirs se trouvent dans ce que l’on peut faire nous même, dans ce que l’on comprend, ce qui est réellement important, tout le reste n’est que médiocres illusions d’un bonheur hypothétique retouché sur photoshop.

Je ne saurais vous expliquer pourquoi cette chanson particulière me tient à coeur, mais je ne peux que trop vous encourager à l’écouter si vous ne connaissez pas. Que ce soit pour la rythmique en arpèges mélodieuse à souhait, les riffs qui passent bien ou le solo de Collins qui fout la loose à tous les guitaristes (sauf moi, oui mes chevilles vont bien merci).

En somme, “Simple Man” pour moi c’est un réel délice et honnêtement, dans le véritable désert musical que l’on vit actuellement, ça fait du bien d’avoir une chanson qui parle d’autre chose que de nanas siliconées en string amassées par pack de 9 chicken nugget’s au bord d’une piscine !

Sultans Of Swing – Dire Straits

Bonjour à tous !
Tout d’abord si vous n’avez pas eu au moins l’esquisse d’un sourire en lisant le titre de l’article il va falloir ré-actualiser vos gouts en matière de musique car ce groupe là est un petit bijou de créativité !

Dire Straits, groupe fondé au cours d’un bel été chaud de 1977 par le désormais célébrissime Mark Knopfler (prononcer le nom de famille comme si on éternuait) à su s’imposer sur la scène du rock pour être reconnu auprès de beaucoup comme étant LE groupe de rock des 30 dernières années (il faut dire qu’entre eux et les jonas Brothers, y’a pas à chier…).

Même si les débuts ont étés tellement difficiles que cela leur à inspiré le nom du groupe, “Dire Straits” signifiant littéralement “fauché” (to be in a dire straits = être à la dèche), l’ingéniosité de Knopfler (ça vous entraine à prononcer le nom) fait son effet et les rythmiques qui restent en tête et ben… restent en tête du coup…

Cette chanson particulière n’est qu’un exemple de plus qui confirme la renommée du groupe.
Si vous ne connaissez pas Dire Straits, déjà la honte sur vous et votre famille, puis dans un second temps je vous conseille aussi d’autres tubes comme “Money For Nothing”, “Brother in Arms” ou “Walk Of Life” pour se réveiller le matin sans tirer la gueule 🙂

“Sultan Of Swing” est LA chanson qui fait bouger les orteils involontairement, une rythmique qui est dépourvue de gros gain qui fait booster le son dans les baffles de sa mère certes, mais que de beauté dans les plans musicaux de mister Knopfler !

Le morceau tiens une rythmique guitare constante et des phrases musicales que knopfler à concoctées pour faire claquer des genoux entre chaque phrase de la partie chant.

Les solos (oui oui, LES) n’en sont pas en reste !
C’est au travers de ce swing inné que l’on retrouve toute la musicalité de ce groupe exceptionnel, des accords originaux, des rythmiques soignées, des solos qui donneraient une érection à un eunuque, que demande le peuple ?

Petite anectode :
Le morceau n’était pas à prendre au sérieux dans un premier temps.
Knopfler l’a composé alors qu’il était encore étudiant.

En fait, un soir de bal (ou une connerie du genre) il s’est rendu à un endroit où jouait un groupe pour le moins, médiocre. Et ce qui l’a amusé c’est que ce groupe la se faisait appeler “Les Sultans du swing” alors que clairement tout le monde s’en foutait comme pas deux de leurs musiques.

Ce contraste l’a amusé et il est rentré chez lui composer deux ou trois lignes en mémoire de ces artistes incompris qui auront eu au moins le mérite d’être à l’origine d’une des plus belles musiques de rock composée sur un coup de tête.

Dans ce morceau, si vous prenez la peine d’éplucher les paroles, vous constaterez qu’il ne fait que relater l’histoire de ce groupe “minable” en s’occupant de chacun de ses membres.

Exemple de paroles :
And Harry doesn’t mind if he doesn’t make the scene. He’s got a day time job, he’s doing alright
Que l’on pourrait traduire par : “Et Harry s’en fou si il ne fait pas le show, il a un boulot le jour, il s’en sort bien”

You check out Guitar Georges, he knows all the chords. Mind he’s strictly rhythm he doesn’t want to make it cry or sing
Tu observes Georges à la guitare, il connaît tous les accords. Note qu’il ne se préoccupe que de la rythmique, il ne cherche pas à faire chanter ou pleurer sa guitare”

Cependant, il ne dit pas concrètement que le groupe en question était nul, seulement que les gens ne les écoutaient pas et qu’eux mêmes, ne portaient pas une grande attention à ce qu’ils faisaient, ils jouaient dans la demi-mesure quoi.

Tant pis pour ce groupe “Sultans Of Swing” inconnu qui aurait pu devenir quelque chose, mais tant mieux pour Mark qui trouve là un morceau qui participera très largement à la renommée des Dire Straits.

À ce niveau d’expertise musicale, ce n’est plus un conseil mais un ordre que je vous donne (sans animosité aucune), écoutez donc ce magnifique morceau et venez me dire sans trembler des genoux que cela ne vous à rien fait. Et si tel est le cas… ben vous êtes simplement pas humain.

C’est tellement bon que je vous partage un Live qui vous fera comme les bulles de savon du bain qui remontent le long de votre dos !

(Petite précision : Knopfler n’as jamais joué avec un médiator, tous ses morceaux y compris ceux avec du gain et des solos monstrueusement rapides, il les fait avec ses doigts et ça, ça force le respect !)

Cinematographik

Le blog du cinéphile

POPLORE

Le blog de la culture Pop

saveursduvignoble

"Le vin réjouit le coeur des hommes" (Psaume 104-15)

augrandecran

A vos Ecrans !

comme une com'

Publicité à l'appui

Tv choice

Tout sur la tv !

Sport & Business

Le business dans le monde du sport

Sport & Bling Bling

Analyse du sport sur fond de polémique financière. Les vraies valeurs du sport en péril ?

UandCO

Les bons plans de l'étudiant